L'Eglise en pays de Brest
Vous êtes ici : accueil > ensembles paroissiaux > Plouzané


Informations pratiques

Baptême

Catéchèse




Toutes les paroisses


L'ensemble paroissial de Plouzané

Cet ensemble comprend les paroisses de Guilers, Plouzané et Locmaria-Plouzané.

Guilers

Jusqu'en 1970, Guilers comptait moins de 2 500 habitants. Elle en compte maintenant près de 8 000. Quelques noms de champs et le village du Menhir évoquent le souvenir de l'époque des Gaulois armoricains. Le témoin le plus accessible de ces temps reculés, Kroas Teo, est situé devant l'entrée du parc de Kermengleuz. Ce monument, qui date de l'Age du Fer, a été plus tard dédié à la foi catholique par les premiers chrétiens qui l'on surmonté d'une croix ouvragée.
D'autres monuments et croix attestent de la vie d'une paroisse à Guilers, notamment l'église. Dédiée à saint Valentin (évêque romain), elle est située au centre d'un petit enclos paroissial. L'édifice actuel, remanié à plusieurs époques, remplace certainement un sanctuaire plus modeste comme l'atteste le lieu-dit Kerilis (le village de l'église) au sud-est de l'église. La partie la plus ancienne, la chapelle Notre-Dame de Pitié, date du 15ème siècle.

L'église a été consacrée en 1884. On a conservé de l'ancien édifice le clocher, datant de 1762, et le porche de 1601. Elle a beaucoup souffert à la Libération ; la partie supérieure du clocher, détruite, a été rétablie suivant un nouveau plan. L'église a été restaurée en 1958.
Le porche, de style Renaissance, date de1601.
L'ossuaire est attaché au porche et date de la même époque (1601). Désaffecté en 1885, il est converti en baptistère en 1958.

Plouzané

Cet ancien gros bourg rural (3.790 hectares) a connu une véritable mutation en 1965 avec l'installation à sa porte de la Thomson-CSF (actuellement Thales), et l'implantation du CNEXO (actuel Ifremer) à la Pointe du Diable. Plus tard s'installeront l'École Nationale Supérieure des Télecommunications de Bretagne ainsi que de nombreuses entreprises et établissements de recherche et d'enseignement dans les domaines des sciences de la mer, des télécommunications, des biotechnologies…
Sa population va ainsi passer progressivement de 2.500 à près de 13.000 habitants dont beaucoup de jeunes (30% de moins de 20 ans).


Saint Sané est le fondateur de la paroisse. Il est arrivé d'Irlande au début du 5ème siècle avec pour mission d'évangéliser l'Armorique. Selon la légende, il fit le voyage dans une auge en pierre en compagnie de ses disciples, et débarqua sur la plage de Perzel, dans l'anse de Bertheaume. Ils s'avancèrent dans les terres jusqu'à un endroit où se trouvait un temple païen : il y fit construire une église qui servit au culte jusque vers 1350, date à laquelle fut construite une nouvelle église qui précéda celle que nous connaissons actuellement.

L'église actuelle a été édifiée entre 1777 et 1781 selon les plans de M. Besnard, architecte à Landerneau. Il semble s'être inspiré de la façade de l'ancienne église Saint-Louis de Brest !
L'église, bénie le 25 juin 1781 par le recteur Inizan, n'a subi aucune transformation depuis cette époque. Elle abrite les statues de saint Sané et saint Yves et de la Vierge Marie. Une cloche, fondue par Lépine, date de 1787. Les fonts baptismaux datent de 1675. Le reliquaire de saint Sané date de la fin du 17ème siècle.

Le plan général accuse une "noblesse sévère". Dix-huit piles carrées portent des arcades en plein cintre. Le pavé est en dalles de granite et de schiste où l'on a réutilisé de nombreuses pierres tombales, dont on ne peut lire aucune inscription. Le portail ouest est une construction monumentale à colonnes doriques avec fronton triangulaire ; au-dessus, un étage circulaire avec balustrade, tour carrée et flèche pyramidale encadrée de clochetons.
Huit fenêtres historiées et dix fenêtres au décor géométrique, constituent l'ensemble des vitraux qui ont remplacé en 1946 les vitraux de 1894 brisés par les bombardements. L'ensemble est dû au verrier Razin de Nantes. On peut voir : saint Sané, sainte Anne et la Vierge, sainte Jeanne d'Arc, Apparition du Sacré-Cœur à sainte Marguerite-Marie, sainte Thérèse, saint Joseph, saint Pierre.

En partie détruite en 1944, elle a été restaurée dans les années 50. La toiture a été refaite en 1994.

La Chapelle de La Trinité

Elle est située en bordure de route, au centre de La Trinité. Il s'agit d'un édifice de plan rectangulaire avec bas-côté sud de quatre travées et chapelle en aile sur ce bas-côté au droit de la troisième travée. Un petit calvaire jouxte la chapelle. Une fenêtre d'un type remontant au 16ème siècle, dans la chapelle sud, atteste la présence sur ce site d'un édifice ancien dont le pignon occidental pourrait encore faire partie ; mais l'ensemble de l'édifice remonte au 16ème siècle. La porte d'entrée, sous le clocher, rappelle le style de l'entrée du porche de Lampaul-Guimillau (1533). Le clocheton, de style gothique, a été reconstruit vers 1876 ainsi que les fenêtres du nord et de l'est. La façade ouest et l'entourage des portes et des fenêtres sont en pierre de taille.

Les combats de 1944 provoquèrent d'importants dégâts qui nécessitèrent une large restauration, où des arcades furent remplacées par des poutres de béton. La bénédiction de la chapelle eut lieu le 19 octobre 1952.
La messe y est dite tous les samedis. La chapelle fait office d'église pour les habitants du secteur de La Trinité.

La chapelle de Bodonou

Elle a été construite au 16ème siècle en l'honneur de la Vierge Marie. Avec ses deux clochetons jumelés si caractéristiques, son grand toit et ses solides contreforts elle s'harmonise au paysage. Une pierre encastrée dans l'un des contreforts sud, porte gravée la date de 1544.

Le plan de l'intérieur est une nef sans collatéraux. On pense que le clocher était, jadis, placé au centre du toit. Au cours d'une restauration, en 1822, la longueur de la chapelle avait été diminuée. L'abside fut supprimée et l'ancien arc diaphragme devint le pignon qui supporte les flèches, dont celle du nord, frappée par la foudre, vers 1931, fut reconstruite. On voit aussi, sur la face opposée, au nord, quelques pierres qui sont l'amorce d'un linteau d'une porte ou d'une fenêtre.

La statue de la Vierge est en pierre de Kersanton polychrome. Sur le tabernacle est posée une jolie statue en bois de Notre-Dame. On y admire également les statues de saint Joseph, de saint Gouesnou en évêque et de saint Bernard, de saint Joseph et de sainte Barbe avec sa tour.
La dernière restauration date de 1959.
La Chapelle de Bodonou était un centre de pèlerinage local, mais très fréquenté.
Le pardon continue à être célébré le deuxième dimanche de septembre. Des célébrations sont organisées au cours du mois de mai ou pour le 15 août. Des groupes de jeunes du catéchisme ou des scouts y viennent ponctuellement.

Locmaria-Plouzané

Du fait de la proximité des communes de Brest et de Saint-Renan, nombreux sont ceux qui souhaitent s'installer à Loc-Maria. Sa façade littorale, formée des plages de Porsmilin, Portez, Trégana et de ses espaces naturels, renforce cet attrait. En dix ans, la population a augmenté de plus de 25 % : 4 321 habitants (les Lanvénécois) sont recensés en 1999.

En 1477, Loc-Maria - Plouzané s'appelait Loc-Maria-Lanméanec et plus tard Loc-Maria-Lanvénec. C'était une trêve de Plouzané. En 1802, elle devint paroisse indépendante.

Loc-Maria et Plouzané, les deux voisines, ont le même père fondateur: saint Sané, qui, après avoir converti la population, transforma, vers 470, un autre temple païen qui s'élevait au milieu d'un bois (Coat-ar-hras : le bois de la grâce) en sanctuaire dédié à la Vierge Marie. Cette trêve s'appela par la suite Loc-Maria-Lanvenec. Lanvenec signifie "terre de landes pierreuses", ce qui s'expliquerait par le passé de la paroisse dont le territoire est constellé de pierres levées évoquant la christianisation par saint Sané.

Après l'effondrement de l'église de Loc-Maria, en 1749, une nouvelle construction s'imposa. Commencée en 1759, elle s'acheva en 1769, date que porte le clocher. Quelques travaux complémentaires furent réalisés en 1773-1774.
A gauche du maître-autel se trouve la vieille statue de Notre-Dame de Lanvénec, belle Vierge Mère, écrasant le serpent sous ses pieds. Les trois statues de l'Ecce Homo, de saint Michel et de sainte Marguerite foulant le dragon sont aussi de facture ancienne.
La cuve des fonts baptismaux, datant de 1530, et la Vierge, à l'extérieur, sont inscrites à l'inventaire des Monuments historiques.

Le pardon de Loc-Maria a lieu le 15 août en la fête de l'Assomption. Autrefois, la procession de Loc-Maria allait chercher celle de Plouzané avant la grand'messe, et toutes les deux se rendaient dans l'église de Loc-Maria.

La chapelle Saint-Sébastien.

"L'épidémie de peste de 1640 fit 53 victimes dans la population de Loc-Maria. Pour éviter la contamination, on les enterra à 800 mètres de l'église. Sur ce terrain béni fut élevé un oratoire, puis une chapelle dédiée à saint Sébastien, reconnu pour protéger des guerres et des maladies contagieuses. En 1892 les habitants de Plouzané, touchés par une nouvelle épidémie, vinrent en procession prier le saint qui les protégea."

Les piliers d'entrée de l'allée boisée abritent dans leurs niches des statues de saint Fiacre avec sa bêche (patron des jardiniers) et de sainte Catherine avec sa roue. A l'intérieur, on peut voir les statues de son Saint patron, de saint Jean-Baptiste, de saint Nicolas, de sainte Anne, de sainte Madeleine. Un groupe taillé, en pierre de Kersanton, représente le martyre de sainte Appoline, à laquelle ses bourreaux arrachent les dents : il provient de la chapelle ruinée de Goulven; c'est une des rares représentations de la sainte patronne des dentistes.

La chapelle, reconstruite en 1862, puis restaurée en 1900, est un lieu de grand pardon, le troisième dimanche de juillet.

  >> Informations pratiques       >> Baptême       >> Catéchèse    

  Haut